Créer un contenu
sayh.net / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News jeu /

Destiny, le succès loin de la lumière

News jeu
Destiny, le succès loin de la lumière
PS4 ONE PS3 360
  • Partager sur :

Destiny est-il vraiment le cuisant échec tant moqué par pléthore de joueurs ? Paru en septembre 2014, le premier jeu post-Halo de Bungie a reçu un accueil plutôt tiède avant de devenir le bouc-émissaire privilégié des gamers, qui ont critiqué le manque de contenu du titre ainsi que la politique éditoriale du géant Activision. Des débuts compliqués qui ont semble-t-il masqué aux yeux de nombreux joueurs le succès de Destiny, pourtant tangible. Et notamment en France. Dans l'ombre et en l'absence de couvertures médiatiques, les joueurs se sont organisés et continuent de faire vivre le jeu, au point que le shooter de Bungie est encore à ce jour l'un des titres les plus joués de ces dernières années.

« Les commentaires des articles sur Destiny sont souvent : "il est pas mort ce jeu ?", "Destiny :rire:", "Y a encore des gens sur ce jeu ?" ». Ces mots sont ceux d'un lecteur de sayh.net, membre de notre forum dédié à Destiny, alors que nous l'interrogions sur le jeu. Il suffit de se balader sur le site et plus particulièrement dans les commentaires des articles dédiés au FPS de Bungie pour constater la justesse de cette remarque. Pourtant, les chiffres parlent d'eux-mêmes : des titres apparus en même temps que la nouvelle génération de consoles, Destiny est sans aucun doute l'un des plus joués, encore à ce jour. Et il bénéficie d'une communauté aussi active que soudée. C'est là le grand paradoxe de ce jeu, dont le succès est étonnement méconnu d'une majeure partie des gamers.

Un lancement compliqué



Destiny, le succès loin de la lumière
Bungie a teasé Destiny à travers de nombreux artworks pendant de nombreux mois. Le jeu portait alors le nom de code Project Tiger.

Cela étant, cette ignorance est facile à expliquer. Remontons dans le temps, si vous le voulez bien. Le 9 septembre 2014, Bungie et Activision accouchent enfin de Destiny, après des mois de teasing. Alors qu'il promettait un fameux mélange de FPS et de MMORPG, le tout dans un vaste univers sci-fi nimbé de mystères et d'incroyables créatures, le jeu s'avère être en dessous des attentes. La somptueuse direction artistique du jeu, les compositions de Martin O'Donnell et le gameplay atypique mais hyper efficace n'éclipsent les différents défauts du jeu. Scénario décousu, missions peu nombreuses, bugs à gogo, Destiny trébuche et si les critiques de la presse restent somme toute assez convenables, les joueurs n'ont eux aucune pitié et beaucoup fuiront les serveurs après seulement quelques heures de jeu. Les sorties tardives de plusieurs extensions (Les Ténèbres Souterraines, le 9 décembre 2014, et La Maison des Loups, le 19 mai 2015), vendues à prix fort, n'auront rien changé à l'affaire. Les joueurs accusent Bungie et Activision d'avoir sorti un jeu non terminé, vendu « en kit », de quoi ternir durablement l'image du jeu.

Destiny, le succès loin de la lumière
Puisque les premières missions du jeu furent vite bouclées, et en l'absence de raids les premières semaines, beaucoup de joueurs se sont tournés vers le PvP du jeu. Au point d'en devenir des spécialistes.

Malgré ces premiers mois compliqués, il ne faut pas ignorer l'important succès commercial du jeu. Si Activision reste assez discret sur les chiffres de ventes, le procès qui a opposé Martin O'Donnell, le compositeur de la bande-son du jeu, à son ancien employeur, avait permis de mettre des chiffres sur ces premières semaines de commercialisation. On apprenait ainsi que Destiny avait rapporté pas moins de 500 millions de dollars rien qu'avec les précommandes et les ventes dites « day-one ». Sur le seul mois de septembre 2014, il se sera vendu 6,3 millions de Destiny, qui ont rapporté 47,5 millions de dollars supplémentaires. Autant dire que le lancement, d'un point de vue business, fut un véritable succès. Au fil des semaines et sans beaucoup de bruit, le shooter a peu à peu confirmé cet excellent démarrage, dans l'indifférence générale.

La presse en tort

Bien entendu, la presse a largement couvert Destiny, avant et pendant sa sortie. Il faut dire qu'il s'agissait du premier jeu de Bungie après Halo, l'une des franchises les plus populaires des années 2000 ; en outre, le studio se retrouvait associé ni plus ni moins qu'à l'éditeur de Call of Duty, le blockbuster par excellence. Impossible de passer à côté d'un sujet pareil. La couverture fut donc particulièrement importante, avec une foultitude de news, de vidéos de présentation ; puis vinrent ensuite les previews, et les tests. De quoi se garantir, pour les médias, l'attention des joueurs, en les informant sur l'un des plus gros jeux du moment. Mais c'est ensuite que le bât blesse.

Destiny, le succès loin de la lumière
Les Ténèbres Souterraines on ajouté un second raid à Destiny, La Chute de Cropta, qui encore aujourd'hui est sans doute le raid préféré des joueurs.

Parce qu'une fois sorti, que reste-t-il à traiter, dans un jeu tel que Destiny ? Il y a bien sûr les extensions, qui sont finalement assez faciles à traiter ; sur sayh.net, la tâche était revenue dans un premier temps à Kaaraj. Auteur du test du jeu original, il était, à la rédaction, la personne la plus à même de comprendre les nouveautés et les modifications apportées par ces Les Ténèbres Souterraines et La Maison des Loups. Le choix du testeur était d'autant plus logique qu'il était alors le seul, à la rédaction, à connaître le jeu, à y avoir joué. Mais les choses se compliquent un peu lorsque l'on parle de patches, de mises à jour, des altérations plutôt pointues, qui, pour être comprises et analysées avec pertinence, demandent un véritable investissement, un véritable suivi du jeu. Une expertise, en somme. Ce que sayh.net n'avait pas, à l'époque : Kaaraj le concède aisément, s'il a continué de jouer à Destiny pendant un moment, il est ensuite passé à autre chose. À l'échelle nationale, si l'on se concentre sur les autres grands sites français de jeux vidéo (Gamekult, Gameblog...), la couverture est sensiblement la même, et se limite aux grosses actualités du jeu, comme l'arrivée de nouvelles extensions ou de mises à jour d'importance.

Passé les premiers mois de lancement, le traitement accordé à Destiny a finalement été assez faible. Les lecteurs n'en entendaient plus parler ou presque, sinon à l'arrivée d'un nouveau DLC. Difficile alors, lorsque l'on ne s'intéresse pas au jeu, de savoir qu'il continue d'exister, de vivre, d'attirer des joueurs. Ce qui fut pourtant le cas.

La poule aux œufs d'or

Destiny, le succès loin de la lumière
Paru en septembre 2015, Le Roi des Corrompus a considérablement amélioré Destiny, notamment grâce à une meilleure scénarisation de sa quête principale.

Car Destiny, même après sa sortie, a continué de fonctionner. Et même très bien ! Bon gré, mal gré, avec une évolution constante de son nombre de joueurs, et d'importants pics d'activité lors de la sortie d'extensions ou de grosses mises à jour. En fait, en termes de fréquentation, le shooter de Bungie fonctionne de la même façon que les MMORPG dont il s'inspire ; des jeux dont la fréquentation varie au fil de l'actualité. Là où Destiny fait fort, c'est que malgré les critiques (justifiées) de la presse et d'une grande partie des joueurs, le bouche-à-oreille lui a permis d'attirer toujours plus de joueurs. En février 2015, Activision annonçait 16 millions de joueurs ; ils étaient 20 millions, trois mois plus tard. En mai 2016, ils étaient 30 millions. Des chiffres très impressionnants, qu'il faut relativiser puisqu'il s'agit d'utilisateurs enregistrés, et non pas de joueurs actifs. Cette donnée, on la connait, ou tout du moins partiellement. Fin 2015, après la sortie de la très bonne extension Le roi des corrompus, Destiny pouvait se vanter de compter 20 millions de joueurs actifs, un chiffre impressionnant notamment lorsqu'il est comparé aux records d'affluence sur des titres tels que World of Warcraft, véritable phénomène de société à sa sortie, qui se vantait en 2010 d'accueillir 12 millions de joueurs actifs. Notez toutefois que la comparaison n'est pas vraiment pertinente puisque contrairement à WoW, Destiny ne nécessite pas d'abonnement particulier, sinon un abonnement PSN ou Xbox Live, moins contraignants. Mais cela donne une idée en ce qui concerne le succès du bébé de Bungie.

Destiny, le succès loin de la lumière
Les Seigneurs de Fer, quatrième et dernière extension de Destiny, revient sur une partie du lore de Destiny qui jusque là n'avait pas été creusé.

Et en 2016, ces excellents chiffres se sont maintenus, d'abord avec la mise en ligne du patch 2.2.0, en avril, puis la sortie d'une quatrième extension, Les Seigneurs de Fer, le 20 septembre dernier. De quoi permettre au jeu de gagner en longévité. Ces mises à jour ont un impact très net sur la fréquentation du jeu, mais aussi de tous les réseaux communautaires où les joueurs se rassemblent pour discuter ou s'entraider. C'est particulièrement visible sur le forum Destiny de sayh.net ; vous le savez, nos forums sont très fréquentés, et s'installer durablement dans le top 10 des forums les plus actifs n'est pas une mince affaire. C'est pourtant ce qu'est parvenu à faire le forum du jeu. En septembre 2014, mois de sortie de Destiny, le forum a généré pas moins de 87 641 messages ; en janvier 2015, peu de temps après la sortie de la première extension du jeu, le forum accueillait 106 404 messages supplémentaires. Pas mal, pour un jeu déserté... En observant les chiffres, on se rend compte que le forum voit son activité exploser lors des périodes de grosse actualité. C'est particulièrement marqué, au moment de la sortie de la troisième extension du jeu, Le Roi des Corrompus, qui a généré trois mois de très grande activité, tous à plus de 100 000 messages. Des chiffres que l'on a retrouvés, en septembre et octobre 2016, pour la sortie des Seigneurs de Fer.

Ce graphique présente le nombre de pages vues pour l'ensemble des articles liés à Destiny. Les événements majeurs (extensions, mises à jour) ont un impact majeur sur le nombre de pages vues

Destiny, le succès loin de la lumière

Et cette fréquentation est forcément bénéfique pour Activision et Bungie, puisque c'est précisément en étant vivace que le jeu a continué d'attirer plus de joueurs. C'est le cas de l'auteur de ses lignes, qui a démarré Destiny en juillet 2015, et qui compte déjà plus de 1000h de jeu. Et les exemples sont nombreux : le bouche-à-oreille et l'aspect communautaire du jeu ont fait des merveilles.

Une communauté passionnée mais critique

Afin de réaliser cet article, nous sommes donc allés à la rencontre de ces joueurs, pour les interroger sur le jeu, et leur rapport à celui-ci. Les réponses furent extrêmement nombreuses, souvent très détaillées, et riches en anecdotes. Il fut intéressant d'analyser ces réponses et d'essayer d'établir un profil-type, pour le joueur de Destiny. En vérité, c'est presque impossible, et c'est précisément cela qui étonne. On distingue toutefois plusieurs types de joueurs :

  • Le fan de Halo, qui s'est rapidement tenu au courant de l'actualité concernant Destiny et qui a acheté le jeu dès sa sortie. Ce sont généralement des amateurs de FPS sci-fi et de défis corsés, qui ont terminé les différents Halo en mode Légendaire. Le groupe est principalement constitué d'hommes, avec une moyenne d'âge situé entre 22 et 30 ans.
  • Des amateurs de jeux de tir, qui citent aussi bien Halo que Call of Duty, Half-Life, Killzone, ou Gears of War. Principalement des hommes, de 18 ans à 35 ans. On les retrouve beaucoup dans l'Epreuve, la section PvP de Destiny. De toutes les personnes qui nous ont répondu, ce sont ceux qui maîtrisent le mieux la "grammaire" des jeux de tirs, et le vocabulaire qui leur est propre.
  • Des joueurs que l'on appellera « core gamers », qui achètent et jouent à la plupart des sorties majeures de l'année. La moyenne d'âge est là encore située entre 20 et 30 ans. La plupart connait Halo et Bungie, certains ont même terminé l'un des épisodes, la plupart du temps Halo 3 ou Halo Reach, ce qui les a dirigé à un moment donné vers Destiny. On y trouve un petit pourcentage de femmes (moins de 15%).
  • Et, plus surprenant, un groupe de joueurs de taille importante (environ 35 % des personnes interrogées) que l'on appellera sans jugement et par commodité, les « ex casual gamers ». Des individus qui jouaient à l'occasion à un ou deux titres, sans s'engager particulièrement. Ce qui est surprenant ici c'est que le comportement de ces joueurs, d'après eux-mêmes, a largement changé en découvrant Destiny. Ce qui se remarque notamment à leur temps de jeu extrêmement élevé et leur taux de complétion. C'est ici que le nombre de joueuses est le plus élevé, puisqu'elles représentent un peu plus de 20% de la catégorie.
Destiny, le succès loin de la lumière
Il aura fallu attendre plusieurs jours avant que le Caveau de Verre, le premier raid du jeu, soit disponible.

Mais il y a une chose commune à tous les joueurs qui ont bien voulu nous répondre : l'amour de Destiny. Peu importe à quel moment ils l'ont découvert, et le nombre d'heures de jeu passées dessus, on remarque rapidement chez chaque individu une véritable passion pour ce jeu dans lequel ils ont investi beaucoup de temps, mais aussi beaucoup d'argent. Le plus étonnant, et c'est presque paradoxal, c'est que les plus passionnés, les plus investis, sont également les plus critiques. On remarque rapidement en discutant avec eux que les fans de Destiny sont, pour la plupart, particulièrement conscients des forces et des faiblesses du jeu, mais aussi du travail effectué par Bungie pour améliorer l'expérience. « À sa sortie, il y avait un manque de contenus, et à l'heure actuelle c'est toujours le cas », explique Marco. C'est Utltibrowning, avec ses 2000h au compteur, qui nous fera la réponse la plus complète :

On se rend compte rapidement que ce jeu manque cruellement de profondeur. On sent que le studio cherche à poser une base solide, mais se bride, et ne l'exploite pas complètement, pourtant le scénario de base laisse entrevoir de nombreuses portes qui peuvent déboucher sur des intrigues intéressantes.

Une critique qui revient souvent : à sa sortie, le scénario de Destiny était peu compréhensible, décousu et ne prenait pas vraiment le temps de développer son univers. Un véritable gâchis, pour de nombreux joueurs... Mais qui pour autant ne sont pas partis. Au contraire, même. Si Activision est heureux de mettre en avant la moyenne de 100h de jeu par joueur, ce chiffre est loin d'être le reflet d'une réalité beaucoup plus impressionnante. Car le chiffre d'Activision prend en compte les nombreux joueurs qui ont lancé le jeu quelques heures sans jamais y retoucher ensuite. Mais lors de notre enquête, rares étaient les joueurs ayant passé moins de 500h sur le jeu... Pourtant, comme nous le disions, ces joueurs sont pour la plupart bien conscients des défauts du jeu, et notamment son caractère redondant. Alors, qu'est-ce qui les retient ?

Étonnamment, lorsque l'on pose cette question, l'une des premières réponses, c'est « L'univers ! ». Malgré un lore peu sinon pas exploité du tout, Destiny a rapidement su séduire les joueurs grâce à sa direction artistique et son univers SF un peu à part, dans lequel des Space Marines en armure manient magie et mitrailleurs, face à des vagues d'aliens et de démons. Et ce dès les premières informations sur le jeu, comme nous l'a dit Tendresse Amour :

Je me suis intéressé à Destiny dès la première news sur sayh.net, et l'excitation montait d'un cran à chaque info, à chaque article publié. Mais les artworks qui ont fuités fin 2011 m'ont vraiment marqué. On y voyait un Ténébrions et quelques éclaireurs Déchus... Epique !

L'artwork mentionné par Tendresse Amour

Destiny, le succès loin de la lumière

Cet intérêt pour l'univers de Destiny, on le ressent chez tous les joueurs interrogés, ou presque. S'ils sont certes frustrés de ne pas en avoir appris plus sur les mondes et les personnages dépeints par le jeu, celui-ci semble exercer sur eux un étrange magnétisme. Jusque là fan de Gears of War, TaupiLili est devenue complètement accro à Destiny, et malgré un emploi du temps bien chargé, elle compile plus de 300h de jeu. Principalement grâce à son univers.

Il n'y a pas grand-chose qui m'ait réellement déçue dans Destiny. J'aurais adoré que le Grimoire propose en plus des illustrations, moi qui adore en savoir plus sur les univers dans lesquels j'évolue. {…} L'histoire et l'univers vont superbement de paire. Tout est bien orchestré, on y évolue avec plaisir. On se laisse facilement emporter par l'histoire. {…} Le jeu vit et respire, on y pose notre petite pierre à chaque mission.

Si les joueurs sont unanimes en ce qui concerne cet aspect du jeu, les choses se corsent lorsque l'on aborde des points plus techniques. Les « Gardiens », comme ils se désignent eux-mêmes, sont très attentifs aux divers changements qu'a pu connaître Destiny au fil des mises à jour. On constate rapidement, en discutant avec eux, que même les joueurs moins investis ont conscience des altérations qu'a pu connaître le jeu, même les plus légères ; et si tous saluent le suivi de Bungie, ils n'en restent pas moins critiques à l'égard de certaines décisions. Tatillons, les joueurs de Destiny ? Sans doute, mais surtout extrêmement impliqués, beaucoup plus qu'on aurait pu l'attendre d'un jeu pourtant très grand public, aux origines. C'est Thomas, créateur et administrateur de Destiny France Xbox, un groupe privé accueillant plus de 7 500 joueurs sur Facebook, qui nous l'explique :

À la sortie du Roi des Corrompus en septembre 2015, Bungie a apporté énormément de modifications au jeu. Le système de progression du perso, l'interface, les quêtes et bien plus encore... ont changé. C'est alors que je me suis rendu compte que le Destiny day-one n'était qu'une version bêta améliorée du Destiny de l'époque d'Oryx. Et encore plus aujourd'hui avec le 4ème DLC. Destiny a énormément évolué au gré des mises à jour de Bungie. Certains patches sont des demandes de la communauté, d'autres sont des évolutions imposés par Bungie , dont certaines ont eu des dommage collatéraux, qui ont causé beaucoup de départs vers d'autres jeux.

Destiny, le succès loin de la lumière
DeeJ, le community manager principal de Bungie, ainsi que deux développeurs, ont passé une heure à présenter ce qui pour beaucoup reléverait de l'anecdotique. Pas pour les joueurs de Destiny, attentifs au moindre changement.

La communauté a muté avec le temps. Si Activision visait et vise toujours le grand public, la plupart des joueurs de Destiny sont soit des gros joueurs de FPS, soit des joueurs qui avec le temps se sont bâti une solide expertise sur le jeu... De casual gamers à hardcore gamer, il n'y a qu'un pas. Un joueur qui a préféré rester anonyme nous disait d'ailleurs « Destiny m'a changé. Il y a un moi pré-Destiny et un moi post-Destiny, c'est indéniable ». Alexis va plus loin encore : « Avant Destiny je n'étais pas un gamer », expliquant ensuite que c'est la première fois qu'il s'implique autant dans un jeu. Mercredi, Bungie tenait un live-stream pour présenter la prochaine mise à jour du jeu, appelée L'Age du Triomphe. Comme il s'agit de la dernière mise à jour avant la sortie prochaine de Destiny 2, Bungie a fait les choses en grand, en découpant sa présentation en trois longues présentations d'une heure. Autant vous dire qu'ils ont eu le temps de rentrer dans les détails ! Alors forcément, sur ce dernier live, les développeurs ont abordé des points de jeu particulièrement techniques, concernant l'équilibrage de certaines armes. Ils étaient pourtant plus de 75 000 à suivre le direct, réagissant et débattant de détails qui relèveraient de l'anecdotique pour n'importe quel joueur... Ils étaient autant lors du premier stream, autrement plus intéressant puisqu'il avait dévoilé les principales caractéristiques de la mise à jour.

Un pour tous, tous pour un

Destiny, le succès loin de la lumière
Le Roi des Corrompus, troisième extension du jeu, a attiré énormément de nouveaux joueurs.

Et c'est bien ce vaste ensemble de joueurs venus de tous les horizons qui continuent de faire vivre le jeu. Tous n'ont pas les mêmes centres d'intérêt, tous n'aiment pas forcément la même chose dans le jeu vidéo, ou même dans Destiny, mais tous se retrouvent autour de ce jeu, et ça, Bungie le sait. Dès ses origines, le studio a su réunir autour de lui des communautés de joueurs et interagir avec eux. Il ne s'agit pas que de faire plaisir aux joueurs, bien entendu : en écoutant les joueurs et en améliorant continuellement l'expérience de jeu, Bungie se garantit une bonne publicité et donc un effet de bouche-à-oreille positif. Parmi les joueurs qui nous ont répondu, beaucoup ont pris le train en cours : Adrien nous disait qu'il avait longtemps résisté aux appels de ses amis, qui avaient acheté le jeu dès le premier jour. C'est finalement lors de la sortie, en septembre 2015, de la troisième extension du jeu, qu'il a fini par craquer et les rejoindre. Depuis, il a dépassé les 3000h de jeu, une passion qui lui a valu quelques remarques au travail, principalement sur son état de fatigue : « J'y joue tous les jours, environ 5h par jour et quasi tout le week-end malgré mes 39h de travail. J'avais même poussé un moment le jeu jusqu'à 2h du matin, alors que je me levais à 6h pour travailler... »

Destiny, le succès loin de la lumière
Bungie a largement mis en avant l'aspect coopératif de son jeu. Aujourd'hui, beaucoup de joueurs ne conçoivent pas d'y jouer seul, même si c'est possible.

Car si le jeu est plutôt facile de prime abord, les choses se compliquent lorsqu'il s'agit des raids et des meilleurs pièces de stuff du jeu. Cela demande outre une certaine dose de skills, beaucoup de temps de jeu et surtout de la coopération. Et à en croire les joueurs, la principale force de Destiny, elle est là : le shooter de Bungie a su réunir les joueurs autour d'une même cause. En les forçant à se réunir, le jeu leur a permis de faire des rencontres, et c'est surtout ça qu'ils retiennent du jeu. Nous avons reçu de très nombreux témoignages concernant les rencontres que tel ou tel joueur a pu faire, au détour d'un raid ou d'une activité quelconque. Si certains sont simplement heureux de se retrouver pour jouer ensemble, d'autres ont largement passé le cap de la simple relation virtuelle, et sont devenus bons amis dans la vie de tous les jours. Avec tout ce que cela implique, comme nous le dit Alexis :

Je dois d'ailleurs aller voir des potes Belges bientôt, que j'ai connu comme ça. J'ai pu aider quelqu'un à trouver son premier job, une autre m'a envoyé une carte de Noël, un autre doit passer à ma crémaillère pour fêter ça, etc. Ça a dépassé le stade des simples potes « in game ».

Beaucoup de joueurs mettent en avant le fait que la communauté Destiny est différente des autres jeux qu'ils connaissent. Nous avons donc interrogé Sam Vostok, le rédacteur-en-chef de Millenium. L'homme aux mille costumes est encore aujourd'hui un grand fan de World of Warcraft, qu'il a connu dès les premiers jours. Ce que nous lui décrivons de Destiny lui rappelle fortement ce que les joueurs de WoW ont expérimenté au fil des ans, à une époque où le jeu en ligne n'était pas aussi populaire qu'aujourd'hui, et où se faire des amis sur internet était vu comme une bizarrerie, un truc de geek :

La coopération était tellement indispensable aux débuts de WoW, que tu te devais d'aller vers les autres. Généralement les gens se forçaient à être un minimum polis et loquaces dans la majorité, donc cela finissait par créer des liens réguliers, puis structurés, qui pouvaient se transformer en amitiés et même plus si affinités. Dans ma guilde plusieurs couples durables se sont formés à l'époque, dont certains ont eu des enfants par exemple.

Destiny, le succès loin de la lumière

Mais comme WoW à l'époque, Destiny n'aide pas franchement les joueurs à entrer en contact. Un bizarrerie lorsque l'on sait que les fameux Raids, des missions particulièrement compliquées, obligent six joueurs à se réunir, et ce sans matchmaking. Il faut donc former soi-même une escouade et s'organiser en amont, pour réussir à caler un rendez-vous qui convienne à tous. Voilà pourquoi la plupart se sont regroupés sur le web, en dehors du jeu, que ce soit sur les forums de Bungie.net, ceux de sayh.net, ou même ailleurs. Comme sur Facebook : c'est justement ce réseau social qu'a choisi Thomas pour créer Destiny Xbox France, un groupe permettant à ses membres de trouver facilement des coéquipiers.

De manière assez ironique, Thomas, alias Tom NightHawk, a fut un temps envisagé la possibilité d'utiliser les forums de sayh.net pour son groupe. Habitué des lieux, il connaissait le système de modération, mais aussi ses limites. Désireux de créer un espace convivial pour tout un chacun, il a donc opté pour Facebook :

Une très grande partie des personnes sont déjà sur ce réseau social, pour des raisons IRL. L'application mobile, et la version web offrent une disponibilité immédiate et pratique pour accéder au groupe. N'ayant pas les connaissances nécessaires pour créer un site Web ou un CMS, il fallait que je trouve une solution toute faite et gratuite pour tous. {…} Je me suis dit, à l'époque « les gens utilisent Facebook pour des raisons personnelles, ce détail va bloquer les trolls/fakes et faciliter la vie de groupe ». Par la suite, je me suis rendu compte que ce n'était pas vrai.

Pour autant, les choses se passent plutôt bien : aujourd'hui, "DFX" compte 7 500 membres, et les administrateurs sont particulièrement vigilants, de sorte que les problèmes sont rares. « ''J'ai en mémoire un membre qui en a harcelé un autre de manière prolonger à un tel point qu'une main courante a été déposée auprès des services de police » se rappelle Thomas. Afin de limiter au maximum ce genre de situations, les trois admins,Thomas, Cindy et Alex, sont très stricts. Pour intégrer le groupe, il suffit d'en faire la demande, mais l'on n'est pas accepté avant d'avoir subi une courte inspection : pour la tranquillité du groupe, Thomas demande à ce que l'on montre patte blanche.

Je regarde le profil public de chaque demande. Je bloque systématiquement les faux comptes, les profils douteux faisant l'apologie de crédits bancaires, les personnes souhaitant vendre leurs services de voyance... C'est juste un exemple, il y a d'autres profils bien plus étranges.

Destiny, le succès loin de la lumière
Chaque semaine, Pascal, plus connu sur Destiny France Xbox sous le pseudonyme Scalap, analyse les statistiques liées à la partie PvP du jeu, et notamment le Jugement d'Osiris, qui accueille chaque week-end les meilleurs joueurs du jeu.

Avec le temps, le groupe a pris de l'ampleur. Au début, Thomas gérait la page avec sa femme, Cindy, jusqu'à ce que l'activité grandissante de la page requiert la nomination d'un nouvel admin : c'est ainsi qu'Alex, un membre du groupe plus connu sous le pseudonyme BlackSun, a rejoint le couple dans la gestion de la page. Aujourd'hui, la page ne sert pas qu'à trouver des coéquipiers, c'est aussi un espace d'informations, qui remplit le rôle que devrait jouer la presse, dans le meilleur des mondes. Mais comme les médias jeux vidéo ont petit à petit délaissé Destiny, les joueurs ont du s'organiser entre eux. En ce sens, la nomination d'Alex fait sens puisque le bougre s'est bâti avec le temps une solide réputation d'agrégateurs de news et d'infos sur le jeu. Sur la page, il s'occupe notamment de relayer les derniers bulletins de Bungie, de prévenir les joueurs des mises à jour à venir, des éventuelles maintenances des serveurs, etc. On y trouve également les analyses de Scalap, qui sont particulièrement attendues par le reste du groupe. Chaque semaine, ce père de famille et passionné d'e-sport fait un compte-rendu détaillé des derniers événements PvP, avec une foultitude de statistiques officielles. Bungie laissant libre accès à ces infos, la communauté a développé des outils pour pouvoir les exploiter, mais les données, brutes, sont finalement peu accessibles. Scalap se propose de les analyser dans de longs articles qu'il poste sur son blog et relaie sur DFX. Cela permet à d'autres joueurs de mieux comprendre la méta du jeu, et donc d'ajuster leur façon de jouer. L'idée est toujours la même : parler du jeu et donner un coup de main.

Mais ce que retient Thomas, c'est principalement les rapports humains. « Destiny dépasse le cadre d'un simple jeu vidéo », nous confie-t-il. Toutes ces rencontres, toutes ces heures passées ensemble, ont créé de belles amitiés, et donné lieu à des situations assez incroyables. Cette anecdote, que nous ont rapporté les deux admins de Destiny France Xbox, est des plus parlante : un joueurs qui avait commencé Destiny sur Xbox 360 s'est retrouvé dans l'impossibilité de continuer à jouer, lorsque la dernière extension, Les Seigneurs de Fer, est sortie uniquement sur Xbox One et PlayStation 4. Un membre du groupe, qui a préféré resté anonyme, lui a donc offert une Xbox One, pour qu'il puisse continuer la partie. Un geste qui a beaucoup ému Thomas et Alex, et qui a fait des émules, puisque deux autres membres du groupe ont imité ce geste quelques temps plus tards, en offrant des consoles de nouvelles générations à des joueurs qui n'en avaient pas les moyens. Et chaque jour, les trois admins reçoivent des codes Xbox Live, des jeux, ou des consoles de la part de membres du groupe qui ne demandent rien en retour. De quoi organiser des concours et animer la page.

Voilà sans doute ce qui explique le succès de Destiny. Plus que l'univers, plus que le système de loot, plus que ses raids et son PvP, c'est le caractère éminemment humain du jeu et des liens qui se sont créés entre les joueurs, qui en font une expérience à part. Et ce pour les millions de joueurs qui chaque jour font et refont les mêmes missions, retraversent les mêmes niveaux, deux ans et demi après la sortie du jeu. Le plaisir de jouer à un bon FPS, certes, mais surtout le plaisir simple du partage, dans lequel le jeu n'est finalement qu'un prétexte. Encore fallait-il parvenir à les réunir, et ça, ce n'était pas gagné.

Profil de Epyon,  sayh.net
PlayStation 4 Xbox One PlayStation 3 Xbox 360 FPS Activision Bungie Extraterrestres Espace
Commander Destiny
PS4
16.28 €
ONE
13.07 €
PS3
13.87 €
360
12.00 €
Toutes les offres

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
did_67
did_67
MP
12 mai, 23:53

Je n'étais pas fan de Destiny à sa sortie car je trouvais son contenu trop pauvre :hum:
Mais j'ai fini par prendre l'édition avec les 2 premiers Dlc longtemps après sa sortie et le jeu était alors déjà sympa. Puis j'ai rajouté le Roi des Corrompus et franchement Destiny est devenu un jeu carrément génial à mes yeux :play:
Conclusion, Destiny avec les Dlc est un super jeu mais heureusement que je l'ai pas acheté à sa sortie, je l'aurais vraiment trouvé trop cher pour ce que c'était :non:

Lire la suite...
Voeker
Voeker
MP
22 avr., 21:58

Destiny est le jeu que j'ai le plus rentabilisé, j'ai pris le jeu en octobre 2015 avec les 3 extensions disponibles à ce moment-là pour environ 30 euros et j'ai plus de 1000 heures dessus.

Lire la suite...
Elloco0
Elloco0
MP
27 mars, 22:46

Je pense pas que les joueurs jouent à ce jeu pour le partage mais plutôt pour son univers simplement sinon ils iraient sur d'autre fps la on a un *mmo* fps qui fonctionne plus ou moins bien selon ce qu on en pense, mais comme je dis l'univers les loot l'envie de surpasser les autre sans pour autant avoir besoin de eux pour faire tout en pouvant faire du matuvu avec ne stuff après oui il y a vite fais une notion de coopération qui peut être sympa à de rares moment...

Lire la suite...
Lewis44
Lewis44
MP
27 mars, 19:01

Quasi 2000h de jeu depuis que j ai acheté me jeu day one, les haters diront ce qu'ils veulent mais j'ai jamais autant rentabilisé un jeu (acheté sur le store HK en plus lol) plein de recontres, des moments epiques en raid, des rigolades, que de bons souvenirs et mardi c'est reparti avec la dernière mise a jour et le retour des anciens raids ^^

Puis ca sera Destiny 2 en septembre yeaaah

Lire la suite...
La-reydeluc
La-reydeluc
MP
27 mars, 15:41

par contre tom nitghawk cest un fdp il ma ban pour rien de son groupe

Lire la suite...
Strega27
Strega27
MP
27 mars, 15:28

bungie a tué le jeux en downgrade les armes et surtout rendu les meilleures armes de l an 1 obsolètes depuis le jeux est devenu chiant surtout les histoires des arènes et prison que j ai fait mais bof ça m a définitivement fair arrêter bungie est passe a côté quelques chose de grand j ai peur pour le 2

Lire la suite...
ZiiLodia
ZiiLodia
MP
27 mars, 11:25

Un article de très bonne qualité et qui traite avec justesse la situation de ce jeu. Avec plus de 1200h de jeu sur Destiny, je fais partie de cette communauté qui joue de manière régulière en fonction des mises à jour et ajouts de contenu.
Je ne joue plus tous les jours, mais je prends un plaisir à retrouver mes potes sur ce jeu pour un petit raid ou une bannière de temps en temps.
Je félicite l'auteur pour le temps investi dans la rédaction de cet article comme on aimerait en lire plus souvent :)

Lire la suite...
Ultimate_gamer0
Ultimate_gamer0
MP
26 mars, 17:07

Je vais faire un peu mon Fillon mais bon... "et alors ?".
Attention, l'effort de l'article et la recherche sont louables, mais ça fait beaucoup pour parler d'un AAA qui s'avère avoir une communauté.
Personnellement je n'ai jamais pensé que Destiny c'était mal vendu, juste que le jeu avait des defauts... et pas forcément ceux que l'on pense :
Déjà, c'est un Co-RPG techniquement (un peu comme Phantasy Star Online ou Guild wars I) à la sauce FPS.
Un genre pas si fréquent mais TRÈS bien defini... et ou seul l'univers peut se distinguer.
En un sens, il l'a fait au vu des témoignages, dommage que la narration était foireuse.
Mais l'article était utile car il m'a informé que la rareté de ce genre pousse des casus à l'acheter et à scotcher dessus. En effet le CoRPG est à la fois addicitif et simple à prendre en main, il a tous ce qu'un bon JV de base doit avoir... donc merci à Bungee d'avoir montré à certains Casus tout que peut apporter cette culture, c'est tjs ça de pris^^.
Pour finir, et contrairement à mon expérience médiatique avec ce jeu, on assiste à un nouveau phénomène assez intéressant dans le JV par cette article : la désinformation culturelle (et économique ! ) d'un produit. Et ça c'est intéressant.

Lire la suite...
darckenside
darckenside
MP
26 mars, 14:49

Déjà pour 20€ le jeu de base je trouve m'être fait arnaqué...
alors qu'Activision aille se faire enc* avec leur Destiny 2.0.

Lire la suite...
Smokeball
Smokeball
MP
26 mars, 12:33

-On est à Cropta, t'as le gjalla?
-Non
-Bah tant pis

-On fait les oracles, t'as le brise glace ou la vision?
- Non
- Bon bah reste dans ton coin

-Yyyeeeessss!! j'ai looté la vex!! Je serai le roi du pvp!!

(lol) 🤣

La mise à jour de la maison des loups qui te nique toute ta progression et rend tes armes useless...

La mise à jour du roi des corrompus qui rend tes armes de la maj précédentes encore plus inutiles que les armes day one.

J'ai pourtant bien dosé et pris du plaisir en y jouant...

Lire la suite...
Commentaire édité 26 mars, 12:37 par Smokeball
Top commentaires
Sora259
Sora259
MP
24 mars, 18:23

franchement bon article, très intéressant bravo à toi Epyon. En espérant la multiplication d'article de cette qualité là sur jv.com

Lire la suite...
Ganonbros
Ganonbros
MP
24 mars, 18:08

En gros, Epyon aime bien le jeu.

Lire la suite...
Destiny
PS4ONEPS3360
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (37)
  • News (280)
  • Vidéos (128)
  • Images (1990)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (10)
  • Forum
  • Boutique
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Call of Duty : WWII
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Far Cry 5
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Star Wars : Battlefront II
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Red Dead Redemption 2
    PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Destiny 2
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live